hopital de Nogent

                               Un article de notre quotidien EST ECLAIR :       HOPITAL de NOGENT sur SEINE  

Gérer l'hôpital : un exercice d'équilibriste

Publié le mercredi 25 janvier 2012 à 11H02  

Marie-Cécile Poncet (deuxième en partant de la gauche) dirige et gère l'hôpital

Marie-Cécile Poncet (deuxième en partant de la gauche) dirige et gère l'hôpital


Nogent-sur-Seine- Marie-Cécile Poncet dirige le site nogentais du Groupement hospitalier Aube Marne depuis le début de l'année

 

« Une main de fer dans un gant de velours. » Voilà comment se décrit Marie-Cécile Poncet. En matière de management des équipes comme pour la gestion, celle qui est à la tête de l'hôpital de Nogent depuis le début de l'année doit faire preuve d'une grande rigueur sans jamais oublier le service qu'elle doit rendre aux patients et résidents. Loin de l'image du cadre de santé enfermé dans sa tour d'ivoire, les yeux rivés aux colonnes du budget, elle se veut une professionnelle proche de ses agents et des personnes soignées, principalement des personnes âgées à Nogent.
À la tête de l'hôpital de Nogent, l'une des trois antennes du Groupement hospitalier Aube Marne (GHAM), elle a sous ses ordres 106 agents. Ces derniers travaillent dans le service de soins de suite et rééducation (37 lits), dans l'unité de soins longue durée (35 lits) ou auprès des 46 résidents accueillis au sein de l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes.
Si Marie-Cécile Poncet sort tout juste de l'école des hautes études en santé publique avec un statut de directeur, elle a passé auparavant 23 années aux côtés des patients en tant qu'infirmière en pédiatrie et en réanimation puis de cadre supérieur de santé. Un parcours qui lui rappelle sans cesse que derrière les chiffres, il y a des hommes et des femmes. « À la fois, je connais les métiers et on ne peut pas me mentir sur ce qui doit être fait, d'un autre côté je connais parfaitement les contraintes de chacun et je suis peut-être plus compréhensive », souligne-t-elle.
Au quotidien, la directrice du site doit veiller à éviter tout dérapage des dépenses. « Il faut compter avec des budgets de plus en plus serrés, tout en conservant la qualité des prestations », résume-t-elle. Et ce n'est pas simple. Alors que le personnel représente 60 à 70 % des charges, ici comme ailleurs, la tentation pourrait être grande de tailler dans les effectifs. Mais « en-dessous d'un certain seuil de personnel, il est impossible de fonctionner », prévient-elle.

Restructuration de la restauration


Marie-Cécile Poncet a également trouvé sur son bureau plusieurs projets. Elle va devoir gérer par exemple la restructuration du service restauration. « Aujourd'hui, chaque site (Nogent, Sézanne et Romilly) prépare ses propres repas. Demain, une cuisine centrale pourrait voir le jour à Romilly avec des cuisines satellites sur les deux autres sites. La seconde option consiste en l'externalisation de cette prestation », explique-t-elle.
Elle doit également mettre en place un ensemble d'outils de traçabilité ou encore le projet de vie. « Il y a un énorme travail. Le projet s'écrit. Il s'agit d'être au plus près des attentes, d'entendre les exigences des familles et d'améliorer la prise en charge. Mais tout n'est pas adaptable, personnaliser est parfois compliqué », remarque la directrice.

Mathieu GIBET m.gibet@lest-eclair.fr Imprimer Recommander Wikio digg